Dernières nouvelles

Webinaires pour les investisseurs, suivi du marchés et report de paiements

Des webinaires pour vous

Pour continuer de vous garder au courant à travers cette crise sans précèdent, les compagnies de fonds ont décidé d’offrir des webinaires pour vous. Durant ces webinaires, vous pourrez en apprendre plus sur le marché, le travail des compagnies de fonds durant cette période ainsi que les bonnes habitudes de placements à conserver.

Les webinaires de Mackenzie

Mackenzie va offrir 5 webinaires au cours des prochaines semaines. Le premier aura lieu ce mardi 7 avril à 16h avec Paul Taylor, vice-président, gestionnaire de portefeuille, équipe des stratégies multi-actifs Mackenzie. Vous pouvez vous inscrire ici.

Voici les prochaines dates à venir :

  • Le 22 avril à 16h – Todd Mattina, vice-président principal, économiste en chef, cochef de l’équipe des stratégies multi-actifs
  • Le 6 mai à 16h – Paul Taylor, vice-président, gestionnaire de portefeuille, équipe des stratégies multi-actifs Mackenzie
  • Le 19 mai à 16h – Todd Mattina, vice-président principal, économiste en chef, cochef de l’équipe des stratégies multi-actifs Mackenzie
  • Le 3 juin à 16h – Todd Mattina, vice-président principal, économiste en chef, cochef de l’équipe des stratégies multi-actifs Mackenzie

Webinaire de Fidelity

Fidelity organise un webinaire ce jeudi 9 avril à 13h30. Le gestionnaire de fond sera Hugo Lavallée, gestionnaire québécois qui gère les fonds Fidelity Potentiel Canada et Fidelity Canada Plus, il est reconnu chez Fidelity comme étant un des gestionnaires participant le plus aux rebonds boursiers et anticonformiste dans sa gestion. Vous pouvez vous inscrire ici.

Suivi des marchés

Un fort rebond du pétrole

Alors que le prix de l’essence à la pompe n’a jamais été aussi bas, battant même les prix de 2009 et que la consommation mondiale est passée de 100 millions de barils de pétrole par jour à 20 millions, le cours a fait une progression de 31.78% en 5 jours.

Cette impressionnante remonté est due à une déclaration de Donald Trump disant qu’un accord entre les États-Unis, l’Arabie Saoudite et la Russie serait en bonne voie pour contrôler la production de pétrole et revenir à un prix du baril normal. Il reste à voir si cela va aboutir à une entente officielle, ce qui serait une excellente nouvelle pour l’économie canadienne.

Le pire trimestre de l’histoire à venir?

Avec les augmentations de cas du COVID-19 aux États-Unis et les demandes d’assurance chômage qui ont explosé, les analystes s’attendent que le 2eme trimestre 2020 soit l’un des pires de l’histoire.

Sur le dernier mois, c’est 10 millions d’américains qui ont fait une demande d’assurance chômage, soit 6% de la population. Les analystes s’attendent de voir un taux de chômage entre 12 et 15% au pire de la crise sanitaire et dépassant les chiffres de la crise de 2008-2009.

Un début d’année catastrophique ne se traduit pas obligatoirement par une année catastrophique. Historiquement, la moyenne est de -3.5% et certaines années ont vécu des rebonds permettant à l’année de finir largement positive.

Le creux du marché devance la fin de la récession

Lorsque l’on regarde les récessions passées, nous constatons que le creux du marché boursier devance toujours la fin de la récession. Les analystes ont pour habitude de dire que le marché devance l’économie et nous montre ce qui va arriver.

Si l’on considère que nous allons atteindre le creux du marché ce mois-ci ou le mois prochain, la récession serait finie avant la fin de l’année et un gain potentiel des marchés d’environ 25% serait possible d’ici la fin de la récession. Il y a donc de la lumière au bout du tunnel.

Reportez ses paiements d’hypothèques, d’assurances et de voitures

Si vous avez perdu votre emploi à cause de la crise et que vous n’avez pas encore commencé à recevoir le chômage ou les aides du gouvernement, voici les informations pour demander un report de vos paiements.

Les paiements d’hypothèques

Notre partenaire Martin Côté de Plani-Pret a publié la semaine passée une info-lettre expliquant le fonctionnement du report des paiements et l’impact sur vos termes de paiements. Il faut garder en tête que vos paiements seront reportés à la fin de votre terme et que le calcul des intérêts continue de s’appliquer.

Il faut savoir que chaque institution financière a son propre règlement et procédure et que les rejoindre en ce moment peut être plus long qu’habituellement. Noter que c’est vous personnellement qui devait faire la démarche auprès de votre banque et pas votre courtier hypothécaire. Vous pouvez accéder à l’article ici.

Les paiements d’assurances

Les compagnies d’assurances ont eux aussi des procédures pour permettre de reporter vos paiements, que ce soit pour vos assurances habitations, véhicules mais aussi assurances vie, salaires, maladies graves ou accidents corporels.

Là encore, vous devrez vous même contacter les compagnies pour trouver une entente avec eux et s’assurer que votre couverture d’assurance reste valide. Par exemple, Industriel Alliance vient d’annoncer qu’il est possible de faire une demande de report du paiement de primes de 90 jours.

Les paiements de voitures

Au même titre que votre hypothèque et vos assurances, le paiement des véhicules est un gros poste budgétaire dans bien des familles. Les différentes compagnies de financement automobiles, que ce soit les fabricants eux-même ou une institution financière, ont mis en place des reports de primes.

La revue Protégez-vous a publié un article complet regroupant les différentes solutions offertes par les marques. Vous pouvez le consulter ici.

Un impact sur votre cote de crédit?

Toutes les ententes que vous pouvez prendre pour reporter vos paiements dues à la crise actuelle ne devraient pas avoir d’impact sur votre cote de crédit et ne devraient pas apparaître à votre dossier.

Par contre, la réalité de l’automatisation informatique est différente; même si selon votre prêteur, vous ne serez pas en défaut de paiement, il y a de grandes chances que le système informatique de votre prêteur vous déclare automatiquement en défaut de paiement auprès des compagnies de crédit, comme Équifax et TransUnion.

Si c’est le cas, vous devrez faire corriger votre dossier de crédit. Demandez à votre prêteur de mettre votre entente par écrit; cela vous aidera. Avant d’entreprendre des démarches pour faire corriger votre dossier de crédit, nous vous conseillons d’attendre 45 à 60 jours après le début du programme de paiements différés. Nous vous conseillons également de demander une copie de votre dossier de crédit auprès d’Équifax et de TransUnion, afin de vérifier s’il y a réellement des retards d’inscrits.

Aides gouvernementales renforcées, rebond des marchés et stratégie avec Fonds de solidarité FTQ

Aides gouvernementales renforcées

Aides supplémentaires pour les particuliers

Le gouvernement du Canada a annoncé la semaine passée une aide supplémentaire d’urgence de 2 000$ par mois, la Prestation canadienne d’urgence, pour aider les canadiens. Cette aide imposable permettra aux gens qui n’ont pas le droit à l’assurance emploi d’avoir une aide financière du gouvernement pour traverser cette épreuve. Elle sera disponible pour une période de 4 mois.

Aides pour les entreprises

Le gouvernement du Canada vient enfin d’annoncer des mesures concrètes pour aider les entreprises du Canada et particulièrement les PME qui sont les poumons de l’économie canadienne. Voici les mesures annoncées, estimées à 150 milliards de dollars, qui devraient permettre aux entreprises de garder leur employés et d’assurer une reprise rapide de l’économie :

  • Subvention salariale de 75% pour les PME, ainsi que les grandes entreprises ayant perdu 30% et plus de revenus, rétroactive au 15 mars
  • Compte d’urgence pour les entreprises, allant jusqu’à 40 000$ en prêts bancaires sans intérêt la première année et garantis par le gouvernement
  • Report des versements de TPS et TVQ pour les entreprises en juin
  • Paiements d’impôt différés jusqu’après le 31 août 2020

Baisse des taux directeurs

La Banque du Canada a décidé de couper son taux directeur d’un demi pourcent, à 0.25%. Ceci totalise maintenant 150 points de base d’assouplissement en seulement 23 jours.

Les États-Unis annoncent un plan de 2 000 milliards

Conscient que le pire de la crise est à venir pour les États-Unis, le gouvernement américain a annoncé un plan d’aide de 2 000 milliards de dollars en mesures de soutien. À titre de comparaison, lors de la crise financière de 2008, le gouvernement américain avait mis un plan d’aide de 800 milliards.

Un rebond des marchés

Vers une reprise en V?

La semaine qui vient de finir a offert un très fort rebond des marchés boursiers avec des gains entre 10 et 12%.

Les compagnies de fonds se demandent si nous allons avoir une reprise en V, c’est à dire qu’après une descente très rapide et continue, une reprise aussi rapide et continue. Il est cependant trop tôt pour se prononcer car l’Europe n’est toujours pas sortie de la crise et que les États-Unis commencent tout juste à être touchés. La prochaine semaine devrait nous en dire plus.

Utiliser le Fonds de solidarité FTQ et Fondaction de la CSN pour profiter du rebond?

Un prix de la part mis à jour 2 fois par an

Les fonds de travailleurs ont la particularité de voir leur prix de la part mis à jour deux fois par an. Cela veut dire qu’actuellement, vos placements sont encore à la valeur du 30 novembre et qu’ils n’ont pas subi les baisses du marché.

La prochaine mise à jour des prix sera faite au 30 juin et il est presque sûr que la valeur des parts va baisser. Il faut se rappeler que les deux fonds financent des entreprises québécoises, souvent des PME, qui sont durement touchées par le Coronavirus.

Une opportunité unique à saisir

Pour les clients à la préretraite, la retraite ou ayant 65 ans et plus, il y a une opportunité à saisir. Vous pouvez demander le transfert de vos sommes vers vos autres REER sans incidence fiscale, sans subir la perte et investir dans des fonds qui ont subi une baisse allant de 10 à 30%.

En plus de ne pas avoir perdu de valeur, vous allez pouvoir profiter du rebond à venir, vous diversifiez et diminuez votre niveau de risque.

Si vous êtes actuellement en décaissement de vos REER et que vous n’avez pas commencé à décaisser ceux de la FTQ ou de la CSN, c’est là aussi une bonne occasion. Vous pouvez demander des versements à la FTQ ou à la CSN et permettre à vos autres placements de regagner en valeur sans les pénaliser avec vos décaissements.

Voici un article paru dans le Journal de Montréal : Les « vieux » actionnaires ont beaucoup de chance.

PEAK face au défi de la COVID-19

Pour finir, voici une entrevue parue dans Finance et Investissement de Robert Frances expliquant les défis relevés par Peak pour s’ajuster et donner le même service avec la COVID-19.

Annonces du gouvernement et suivi des marchés

Annonce du gouvernement du Canada et du Québec

Voici un rapide résumé des différentes annonces faites par le gouvernement du Canada et du Québec qui pourraient avoir un impact positif pour vous :

  • Diminution des montants minimums de retrait du FERR de 25% pour 2020
  • Changement de la date limite de productions des rapports d’impôt du 30 avril 2020 au 1er juin 2020 et au 15 juin 2020 pour les travailleurs autonomes
  • Changement de la date limite pour payer votre impôt du 30 avril 2020 au 31 août 2020
  • Changement des dates pour acomptes provisionnels du 15 mars 2020 et du 15 juin 2020 au 31 août 2020
  • Élimination du délais de carence obligatoire pour l’accès à l’assurance-emploi maladie
  • Allocation de soins d’urgence qui prévoit jusqu’à 900$ aux deux semaines pour un maximum de 15 semaines. Elles seront distribuées par l’ARC à partir du moins d’avril pour aider les gens atteints du COVID-19 ou ceux qui aident des gens atteints
  • Paiement spécial ponctuel via le versement du crédit pour la TPS en mai 2020. Le montant maximal va être doublé pour l’année 2019-2020, ce qui devrait donner 400$ en plus pour les personnes seules et près de 600$ pour les couples
  • Bonification de l’Allocation canadienne pour enfants de 300$ par enfant pour l’année 2019-2020. Les familles recevront la bonification dans le versement du mois de mai 2020
  • Les prêts étudiants ont un moratoire de six mois durant lequel aucun frais d’intérêt ne sera imposé sur les prêts d’études canadiens d’emprunteurs qui remboursent actuellement leurs prêts

Voici le site du Canada pour suivre les annonces : https://www.canada.ca/le-coronavirus
Voici le site du Québec pour suivre les annonces : https://québec.ca/coronavirus

Marchés en chute

Les différents marchés boursiers sont en chute depuis les dernières semaines. En date de vendredi, les marchés ont perdu entre -20% et -40%, même l’or, valeur refuge habituellement est négative depuis le début de l’année.

Un récession en vue?

Différents analystes commencent à parler d’une récession technique sur les deux premiers trimestres de 2020. Nous parlons de récession technique car elle n’est pas causée par un problème dans l’économie mais par le virus qui force un arrêt de l’économie.

Par contre, les analystes s’attendent que dès le troisième trimestre, l’économie repartent à la hausse. Ils pensent que le Coronavirus sera en voie d’être maîtrisé et les entreprises seront de retour en affaire.

Réaction des banques centrales à travers le monde

Les banques centrales continuent leur effort pour permettre à l’économie de survivre durant la crise. La baisse des taux a été annoncée un peu partout à travers le monde pour supporter l’économie et les entreprises qui auront besoin de liquidité. L’impact à court terme n’est pas visible mais les analystes s’attendent un impact positif dès que la reprise aura commencée.

En plus des baisses de taux, de nombreuses injections de liquidités ont été annoncées à travers le monde. Le Canada et les États Unis sont très actifs et veulent tout faire pour s’assurer que les marchés, les entreprises et les particuliers continuent à avoir accès aux liquidités nécessaires à leur bon fonctionnement.

Les marchés haussiers l’emportent sur les marchés baissiers!

Personne n’aime un marché baissier – défini habituellement comme un repli des marchés d’au moins 20 % pendant deux mois.

Mais, si on regarde en arrière les marchés boursiers canadiens et américains, il est clair, qu’en moyenne, les marchés haussiers – une augmentation d’au moins 50 % de la valeur du marché boursier – durent plus longtemps et font plus que compenser les pertes survenues lors de marchés baissiers.

C’est donc là une raison de plus de mettre l’accent sur le long terme et de demeurer investis – même lorsque les marchés traversent une période difficile.

Peak, l’épidémie de Coronavirus et les marchés

Ajustement des processus d’affaire

Au bureau mère de Peak

Peak vient de faire l’annonce d’un ajustement de ses processus d’affaire durant l’épidémie du Coronavirus. Nous trouvions important de vous en faire part pour vous assurer que nous restons présents et actifs durant cette période.

Les employés de Peak ont tous été mis en télétravail pour éviter la contagion et permettre la continuité des bonnes opérations. Cela veut dire que les départements gérant les transactions que vous nous demandez reste pleinement fonctionnel et que les délais seront respectés.

Dans notre relation avec vous

Pour respecter les directives gouvernementales, nous avons annulé toutes nos rencontres en personne avec vous ainsi qu’avec les compagnies de fonds. Nous estimons qu’il ne serait pas responsable de notre part de continuer à rencontrer un nombre élevé de personnes en pleine période de confinement.

Nous restons par contre disponible en tout temps par courriel et téléphone pour faire le suivi de vos placements avec vous. Avec les moyens technologiques actuels, nous sommes capables de faire des appels conférences avec vous et de prendre vos commandes de transactions à distance.

Dès que la situation le permettra, nous recommencerons notre planification des rencontres comme nous le faisions avant.

Report de notre activité vins et fromages

Notre fameuse soirée remerciement sous forme de vins et fromages devait avoir lieu à la fin d’avril. Nous étions sur le point de vous faire parvenir les invitations et nous avions revu la formule pour avoir un conférencier différent des années passées.

Vu les circonstances, nous l’avons exceptionnellement repoussé au mois de septembre. Nous allons par contre garder notre nouveau conférencier comme prévu. Nous vous confirmerons la nouvelle date dès que les derniers détails seront fixés.

Forte volatilité sur les marchés

Le prix du pétrole à la baisse

Tel que vous avez du le constater à la pompe, le prix du pétrole a fortement chuté suite à la guerre commerciale que l’Arabie Saoudite et la Russie ont lancé. Cela a entraîné la chute du prix du baril de pétrole et l’économie mondiale à la baisse.

Les différents analystes s’attendent à ce que le prix du pétrole continue de chuter sur le prochain trimestre avant de se stabiliser et de remonter tranquillement. Inévitablement, un ménage va être fait dans les compagnies pétrolières, particulièrement dans les petites compagnies ou celle qui étaient déjà en difficultés. Une vague de fermeture ou de rachat devrait s’opérer dans les prochaines semaines avant de voir le prix du baril remonter.

L’économie mondiale en quarantaine

Avec les fermetures des frontières à travers le monde, les pays et villes en quarantaine, toute l’économie mondiale est en ralentissement. Les différentes banques centrales ont diminué leur taux et ont annoncé l’injection de liquidité pour soutenir l’économie et éviter une récession.

Il faut s’attendre à ce que les marchés continuent à baisser ou à faire du surplace au cours des prochaines semaines avant d’avoir une reprise à la hausse. Les compagnies de fonds prévoient des rendements positifs sur un horizon de six à douze mois, preuve d’un certain optimiste face à la situation.

Profitez des opportunités qui se présentent

Faire le ménage dans vos placements

Avec cette baisse du marché, c’est un bon moment pour évaluer vos placements et faire des ajustements dans les comptes non-enregistrés. En agissant dans les prochaines semaines, nous serons capables de diminuer ou annuler votre gain en capital et repositionner plus facilement votre portefeuille sans avoir une lourde facture fiscale.

Investir de manière systématique

Le meilleur moyen de se protéger de la volatilité est d’investir de manière systématique tout au long de l’année. Nous sommes capables de mettre en place des prélèvements à chaque semaine, aux deux semaines ou au mois. En faisant cela, nous diminuons notre moyenne d’achat et augmentons notre rendement total.

Durant la période de septembre 2007 à septembre 2009, une personne qui investissait à tous les mois vis à vis de quelqu’un qui avait investi en une seule fois avait un actif supérieur de 15,5%.

Garder la tête froide et vaincre ses peurs

Il est facile de se laisser guider par ses émotions. Or, cela peut causer des ravages dans n’importe quel portefeuille. Souvent, le meilleur et le pire moment pour investir se révèlent à l’opposé de ce que dictent les émotions.

Par le passé, les investisseurs ont eu bien des raisons de s’inquiéter de la volatilité. Il peut effectivement y avoir des motifs de s’abstenir d’investir à court terme. Cependant, maintenir une perspective à longue échéance peut s’avérer avantageux, car au fil du temps, les marchés se reprennent et progressent.

Nous sommes là pour vous

Encore une fois, nous tenons à vous rappeler que nous sommes là pour vous. Si vous avez des questions, des doutes ou que vous voulez discuter d’une stratégie d’investissement, n’hésitez pas à communiquer avec nous. Il nous fera plaisir de répondre à vos questions par téléphone, courriel ou vidéo conférence avant de pouvoir reprendre nos rencontres en personne.

La volatilité des marchés et le Coronavirus

L’impact du Coronavirus sur les marchés

Comme nous l’avons constaté la semaine passé, le Coronavirus met de la pression sur les marchés boursiers et a créé une baisse du marché. Cela est dû par l’incertitude sur la chaîne d’approvisionnement mondiale et les entreprises qui annoncent qu’elles n’arriveront pas atteindre leur objectif trimestriel.

Mais pourquoi cela risque d’être plus important que le SRAS en 2003-2004?

  • L’effet domino sur la chaîne d’approvisionnement chinoise est plus important car son économie est plus mondialisée.
  • Pendant la crise du SRAS, la Chine représentait 4% du PIB mondial, maintenant elle représente 16 à 17% du PIB.
  • En 2004, les États-Unis étaient les leaders mondiaux du secteur manufacturier, maintenant la Chine est le leader.
  • Le SRAS a affecté le PIB mondial de 0,1 à 0,2%; Clément Gignac de Industriel Alliance estime que cette fois l’impact sera plus important, à 0,5%.

Par contre, tout n’est pas noir pour autant!

Clément s’attend toujours à une ré-accélération économique plus tard cette année. Alors que les banques centrales poursuivent leur politique monétaire expansionniste, que la relance budgétaire chinoise prend effet et que les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine diminuent, nous devrions voir une amélioration de l’activité économique mondiale. Voici les autres bonnes nouvelles :

  • La Chine est transparente sur la crise.
  • Bonne coopération entre les nations et l’OMS.
  • Le taux de mortalité du coronavirus est faible, à 2%.
  • Bien que les probabilités de récession aux États-Unis aient augmenté, elles restent faibles à 30%.
  • Le marché haussier devrait se poursuivre (avec une volatilité accrue et des rendements plus faibles que l’an dernier), bien que différé d’environ 6 mois en raison de la crise.
  • L’histoire nous a appris que ces crises sont temporaires.
Historique des épidémies sur le marché.

Que devons-nous faire avec nos placements pendant cette période?

C’est la question que bien des gens se posent quand le marché est la baisse. Beaucoup aimeraient vendre leur placement pour se mettre en liquidité et éviter la baisse mais il est souvent trop tard quand on décide de faire le changement.

Éviter les 9 comportements toxiques

Éviter les 9 comportements toxiques.

Ne rien modifier est un choix

Ne rien modifier dans nos placements durant cette période est choix pensé et réfléchi pour éviter d’empirer la situation. Si nous sortons du marché après une semaine difficile, notre perte présente sur le papier devient une perte réelle car nous aurons moins de liquidité en main.

Juger le bon moment pour réinvestir l’argent est impossible à prédire. En 2018, le marché était au plus le 24 décembre 2018. Il fallait avoir son argent investit le 26 décembre pour être sûr de profiter du mois de janvier 2019 qui fut un incroyable rebond.

L’impact de manquer les meilleurs journées

L'impact de manquer les meilleurs journées, une perte de 66 282$ en 33 ans.

Le graphique démontre très bien l’impact financier sur une personne qui loupe les dix meilleurs jours sur une période de 33 ans. Cela représente un manque à gagner de 66 282$ qu’il vous sera impossible de rattraper alors que vous pensiez agir pour protéger vos actifs.

Ne pas perdre de vue nos objectifs à long terme

L’épidémie de coronavirus a eu un impact énorme sur les marchés mondiaux ces derniers jours, car elle représente un risque important pour les économies du monde entier. Le fil conducteur des commentaires des gestionnaires de fond est généralement le même : les perspectives à plus long terme restent intactes et il existe un optimisme prudent pour les marchés mondiaux des capitaux fondé sur une reprise de cette épidémie actuelle.

Alors que nous traversons ces types de chocs négatifs, c’est le moment idéal pour vous rappeler la résilience des marchés boursiers dans le passé et les avantages d’avoir une perspective à long terme. L’épidémie de coronavirus est une situation hautement imprévisible et la meilleure façon de gérer l’incertitude est d’avoir un portefeuille diversifié pour gérer ces épisodes inévitables de volatilité.

Planifier l’avenir

D’ici 2026, on estime que plus de mille milliards de dollars de patrimoine personnel seront transmis à la nouvelle génération au Canada. Cependant, la plupart des gens transférant leur patrimoine n’ont pas les conversations nécessaires pour s’assurer que leurs actifs sont gérés correctement.

Le saviez-vous?

  • 58% des canadiens n’ont pas discuté de leur plans successoraux avec leur successeurs
  • 70% des transferts de patrimoine se terminent par un conflit ou une parte d’actifs
  • 85% de ces échecs sont attribuables à un manque de communication et à des héritiers non préparés
  • 80% des investisseurs prévoient transférer leur patrimoine, mais seulement 45% de ceux-ci ont un plan en place

Une étape à la fois

Les conversations concernant l’héritage peuvent être difficiles à engager, mais elles sont essentielles pour assurer le transfert réussi de vos actifs à vos proches. Les étapes ci-dessous peuvent vous servir de guide pour vous aider à commencer le processus.

1 – Évaluer votre situation actuelle:

Utilisez la feuille de travail sur le plan de transfert de patrimoine de Gestion de Placements TD pour dresser la liste de tous vos actifs. Au besoin, travaillez avec nous pour vous aider dans le cadre de ce processus.

2 – Écrire votre plan successoral et le confirmer

Faites un plan provisoire de la manière dont vous souhaitez diviser vos actifs. Prenez rendez-vous avec nous pour examiner les plans successoraux que vous avez faits. Nous pourrons vous diriger vers d’autres spécialistes auxquels vous pouvez demander de l’aide, comme un conseiller fiscal ou un notaire, pour officialiser votre plan.

3 – Discuter et finaliser

Songez à demander à une conversation entre vous et vos héritiers et nous concernant vos plans successoraux. C’est l’occasion d’exprimer vos souhaits et d’entendre leurs idées. Faites tous les changements que vous pensez être nécessaires après la rencontre. Communiquez de nouveau avec nous, votre notaire et votre conseiller fiscal pour officialiser et exécuter votre plan successoral.

Les conversations sont essentielles!

La communication ouverte avec vos héritiers vous aidera à gérer les attentes, à entretenir de bonnes relations et à vous assurer que vos plans successoraux soient exécutés comme vous le souhaitez.

Le fait de garder votre famille et vos successeurs au courant de vos plans successoraux les aidera à comprendre vos souhaits et à s’y conformer.
Ces conversations donneront également à votre famille l’occasion de vous parler de ses plans et de ses attentes.

Par exemple, vous prévoyez peut-être diviser à parts égales la propriété d’une maison de vacances entre votre fils et votre fille, mais l’un des
deux n’est pas prêt à assumer la responsabilité de l’entretien de la propriété. Avoir une conversation vous permettra d’entendre leur opinion et de planifier en conséquence.

L’importance des conseils en matière de gestion de patrimoine

46% des milléniaux qui ont déjà reçu un héritage auraient aimé avoir sollicité les conseils d’un professionnel.

40% des Canadiens bien nantis ont dit qu’ils souhaitaient que leurs héritiers consultent le même conseiller financier. Par contre, seulement 19% d’entre eux en ont présenté un à leurs héritiers.

Brochure complète de Gestion de Placements TD

Des nouveautés pour la rentrée – PTF et FNB

Les fonds négociés sur plateformes (PTF) disponibles chez Peak

Services en placements Peak est devenu le premier courtier multidisciplinaire au Canada à offrir l’accès aux fonds négociés sur plateformes (PTF) à ses représentants en épargne collective.

Les PTF permettent d’offrir à nos clients un hybride entre le fond commun de placements avec la gestion active avec une structure proche du fond négocié en bourse (FNB). Cela se traduit par des placements avec des frais plus bas que les séries à honoraire (série F) que nous vous avons offert au cours des deux dernières années.

Actuellement, 66 fonds sont offerts sous forme de PTF. Lors de notre prochaine rencontre, si certains de vos placements sont éligibles aux PTF, nous vous présenterons les avantages et inconvénients et déciderons ensemble de les utiliser ou pas.

Les fonds négociés en bourse (FNB) à présent offerts à nos clients

Au mois de juillet, Vincent Pellé a complété sa formation pour être en mesure de vous offrir l’accès aux fonds négociés en bourse (FNB).

Les FNB permettent aux investisseurs de reproduire des indices boursiers à faible coût sans devoir transiger eux-mêmes chacune des actions de l’indice. Il existe principalement deux sortent de FNB sur le marche :

FNB Passif

Le FNB Passif ne fait que reproduire l’indice sans travail d’analyse ou d’ajustement selon le marché ou un modèle mathématique. Il a l’avantage d’offrir des coûts très bas et d’avoir un rendement très proche de l’indice de référence qu’il suit, que ce soit à la hausse ou à la baisse.

FNB Tactique

Le FNB Tactique se base sur un indice lui aussi, mais il va appliquer une modèle mathématique pour aller diminuer son risque vis à vis de son indice. On retrouve donc des indices qui vont appliquer une répartition pondérée des entreprises pour éviter une surexposition ou encore privilégier la faible volatilité.

La sécurité informatique au cœur de notre travail

Suite aux différents vols de données informatiques qui ont fait les manchettes depuis le début de l’année, Peak et nous-mêmes voulons vous rappeler que nous mettons tous les outils en place pour garantir la sécurité de vos données.

Peak s’assure que nos plateformes de travail répondent aux plus hautes exigences en matière de cybersécurité : la mise en place de la Voute pour transmettre les documents contenant des informations sensibles ou l’utilisation de courriels cryptés pour la transmission des documents.

De plus, nous accordons une attention particulière à ne pas laisser de documents confidentiels sur notre bureau, nous encryptons nos ordinateurs et les protégeons par des mots de passes sécuritaires et nous essayons de respecter les plus hauts standards lorsque nous nous branchons sur les sites de nos fournisseurs.

Analyse des marchés – 2018

Le marché nord américain des actions

Les actions canadiennes ont essuyé des pertes en 2018 et obtenu des rendements inférieurs à leurs contreparties mondiales, en dollars canadiens. Les actions américaines ont également subi une correction, car le risque de ralentissement de la croissance économique, de hausse des taux d’intérêt et d’une détérioration de la croissance des bénéfices des sociétés a inquiété les investisseurs. Dans l’ensemble, les cours boursiers mondiaux ont chuté et les indices des titres à revenu fixe et de l’immobilier ont reculé. Le différend commercial entre la Chine et les États-Unis et la fin du programme d’assouplissement quantitatif dans la plupart des pays industrialisés sont les facteurs qui ont le plus influencé les investisseurs mondiaux.

Le revenu fixe aussi en difficulté

Du côté des marchés des titres à revenu fixe, l’écart de rendement entre les obligations d’État à long et à court terme a diminué, reflétant les craintes suscitées par le ralentissement de la croissance économique et de l’inflation à plus long terme. Du côté des banques centrales, la Réserve fédérale américaine a relevé ses taux d’intérêt à quatre reprises pendant l’année et a indiqué qu’elle procéderait probablement à deux autres hausses de taux en 2019. La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé la fin de son programme d’achat d’actifs, tandis que la Banque du Japon a décidé de prolonger son programme de relance pour soutenir la croissance et augmenter les attentes d’une hausse du taux d’inflation.

Les marchés asiatiques et émergents

Les actions des marchés émergents et asiatiques ont chuté considérablement. L’effet combiné de l’intensification des tensions commerciales, de la diminution de la demande des grands pays exportateurs, de l’augmentation et de la chute subséquente des prix du pétrole et du resserrement des conditions financières mondiales a contribué à une contraction rapide dans bon nombre de pays. L’appréciation du dollar américain a accentué les déboires des marchés émergents, qui ont eu plus de mal à rembourser leur dette libellée dans cette devise. Les marchés boursiers et obligataires européens ont également terminé l’année en territoire négatif.

Une analyse de la durée du cycle économique

Nous sommes officiellement dans le plus long marché haussier de l’histoire et nous nous approchons des dernières étapes du plus long cycle économique. C’est pourquoi nos gestionnaires regardent étroitement tout indicateurs qui puissent les aider à prévenir une éventuelle récession.

Dans le document « Perspective sur les marchés » le directeur des placements de l’équipe des actions nord-américaines de Placements Mackenzie, Eric Glover, nous démontre comment l’équipe va au-delà des données fondamentales et des évaluations des actions, en incorporant une analyse macro-économique.

Vous y trouverez 5 indicateurs qui, jusqu’à présent, ne signalent pas une fin de la croissance économique :

  1. La courbe de rendement;
  2. Demandes initiales d’assurance-chômage et taux de chômage;
  3. Conditions de crédit;
  4. Indice économique avancé (IEA) du Conference Board;
  5. Un pic des prix du pétrole.

1. La courbe de rendement

Historiquement, une période de récession débute environ 13 mois après l’inversement de la courbe. La courbe de rendement s’est récemment aplatie, mais ne s’est pas encore inversée (voir le graphique ci-dessous). Les cercles oranges indiquent là où la courbe s’est inversée.

La courbe de rendement des obligations d’État américaines est déterminée en traçant une ligne avec les rendements des obligations du Trésor américain de différentes échéances. Pour notre analyse, nous avons utilisé des rendements sur trois mois et sur dix ans pour déterminer la forme de la courbe. Lorsque les taux à dix ans sont plus élevés que les taux à trois mois, la courbe est descendante (ou inversée). En examinant les courbes de rendement historiques, et plus particulièrement celles avant une récession aux États-Unis, nous observons qu’au cours des cinq dernières récessions depuis le début des années 1970, la courbe de rendement s’est inversée avant qu’une récession se produise.

Historiquement, une période de récession débute environ 13 mois après l’inversement de la courbe. La courbe de rendement s’est récemment aplatie, mais ne s’est pas encore inversée. Les cercles oranges indiquent là où la courbe s’est inversée.

Dans un tel contexte, nous suggérons aux investisseurs une gestion prudente tout en profitant de la croissance économique actuelle.

Pour lire la suite de ce texte, nous vous invitons à télécharger le document « Perspectives sur les marchés, édition Septembre 2018 – Mackenzie Placements ».

Si vous avez des questions ou vous désirez discuter de certains sujets abordés dans ce document, n’hésitez pas à communiquer avec moi au 418 624-6124.

Note : Ces textes sont tirés du document Perspectives sur les marchés, édition Septembre 2018 – Mackenzie Placements avec l’aimable autorisation de Mackenzie Placements.

* Le contenu de ces perspectives sur les marchés (y compris les faits, les perspectives, les opinions, les recommandations, les descriptions de produits ou titres ou les références à des produits ou titres) ne doit pas être pris ni être interprété comme un conseil en matière de placement, ni comme une offre de vente ou une sollicitation d’offre d’achat, ou une promotion, recommandation ou commandite de toute entité ou de tout titre cité. Bien que nous nous efforcions d’assurer son exactitude et son intégralité, nous ne sommes aucunement responsables de son utilisation.

Le présent document à renferme des énoncés prospectifs qui décrivent nos attentes actuelles ou nos prédictions pour l’avenir. Les renseignements prospectifs sont, de par leur nature, assujettis, entre autres, à des risques, incertitudes et hypothèses qui peuvent modifier de façon importante les résultats réels qui ont été énoncés aux présentes. Ces risques, incertitudes et hypothèses comprennent, mais sans s’y limiter, les conditions générales économiques, politiques et des marchés, les taux d’intérêt et de change, la volatilité des marchés boursiers et financiers, la concurrence commerciale, les changements technologiques, les changements sur le plan de la réglementation gouvernementale, les changements au chapitre des lois fiscales, les poursuites judiciaires ou réglementaires inattendues et les catastrophes. Veuillez soigneusement prendre en compte ces facteurs et d’autres facteurs et ne pas accorder une confiance exagérée en ces renseignements prospectifs. Tout renseignement prospectif contenu aux présentes n’est valable qu’au 31 août 2018. Le lecteur ne doit pas s’attendre à ce que ces renseignements soient mis à jour, complétés ou révisés en raison de nouveaux renseignements, de nouvelles circonstances, d’événements futurs ou autre.

Un possible retour à une volatilité normale

La forte croissance des marchés boursiers américains de 2017, accompagnée d’une volatilité qui n’a jamais été aussi basse, s’est brusquement interrompue la semaine dernière.

Le vendredi 2 février 2018, des données révélant une forte croissance des salaires aux États-Unis ont avivé les inquiétudes concernant une accélération de l’inflation et une hausse des taux d’intérêt. Une hausse des taux d’intérêt et des rendements obligataires se traduit par des coûts d’emprunt plus élevés, ce qui touche à la fois les profits des sociétés et l’activité économique. Le rendement des obligations du Trésor américain à 10 ans, qui est passé de 2,4 % en début d’année à 2,7 % vers la fin de janvier, augmentait de façon constante, mais a brusquement grimpé à 2,84 % au cours des deux derniers jours de bourse. Le marché a déjà tenu compte de la probabilité de 93 % d’une nouvelle augmentation d’un quart de point du taux des fonds fédéraux américains le 21 mars 2018, et de la probabilité de 58 % d’une autre augmentation en juin.

L’environnement de taux croissants a poussé les marchés à réévaluer leur optimisme. L’indice S&P 500 a reculé de 2,1 % le 2 février dernier, l’indice composé Nasdaq, axé sur la technologie, a baissé de 2,0 %, et l’indice Dow Jones des valeurs industrielles a perdu 666 points (soit 2,5 %). Depuis leurs records du 26 janvier dernier pour l’exercice à ce jour, les trois indices boursiers américains ont chuté de 3,5 % à 4,1 %. L’indice VIX, surnommé l’« indice de la peur », est passé abruptement de 9,2 le 3 janvier à 17,3 le 2 février, une augmentation de 89 %.

Les actions canadiennes ne sont pas immunisées à ce dégagement : l’indice composé S&P/TSX a enregistré une baisse de 1,6 % vendredi dernier, ce qui représente une diminution de 4,6 % depuis son sommet du 23 janvier. Les prix en baisse du pétrole brut canadien par rapport aux prix de référence américains demeurent un défi pour le secteur de l’énergie canadien, alors que les négociations en cours de l’ALENA et les augmentations du salaire minimum de trois provinces ont soulevé les inquiétudes des investisseurs quant à la position concurrentielle du Canada.

L’humeur des investisseurs était quelque peu euphorique, alimentée par de folles spéculations entourant les actions du cannabis, les bitcoins et les autres cryptomonnaies. La peur d’une baisse des marchés a laissé place à la crainte de « manquer le bateau ».

Le ton de la semaine dernière s’est fait sentir jusqu’au début de la séance d’aujourd’hui sur les marchés canadiens et américains. Cependant, un signe encourageant : au moment d’écrire cet article, les rendements des obligations sont demeurés assez stables et n’ont pas monté en flèche. Nous continuerons de surveiller attentivement la dynamique des marchés et agirons en conséquence. Concernant les perspectives économiques et financières, nous croyons que le niveau de volatilité des marchés devrait revenir à la normale. Le très faible niveau de volatilité que nous avons connu en 2017 était sans doute une aberration. Pour le moment, notre point de vue demeure inchangé quant à la composition de vos portefeuilles.

N’oubliez pas : la volatilité et la baisse des marchés créent des occasions d’achats qui sont payantes à long terme.

Vous avez des questions ou vous aimeriez être conseillé au sujet des Fonds de placement?

Je vous invite à communiquer avec moi au 418 624-6149.